Le génie littéraire – Antoine Rémond

Le génie littéraire – Antoine Rémond et Paul Voivenel
Paris – F. Alcan – 1912 – PDF/OCR – 102 MB

Il en a été longtemps du génie littéraire et, pour mieux dire, du génie en général, comme de tous les phénomènes dont l’anomalie sans cause apparente frappait l’esprit de la moyenne des hommes. De même que l’on avait vu dans l’idiotie un don de Dieu, dans l’épilepsie un mal sacré, dans la colère une manifestation divine, on voulait qu’une puissance immatérielle (génie) présidât aux manifestations intellectuelles dont la valeur semblait inaccessible au vulgaire. Plus tard, après avoir été divin, le génie fut considéré comme une monstruosité d’espèce particulière, comme une forme tératologique, par conséquent morbide.

Lire la suite

Jean Larocque – La plume et le pouvoir au XVIIe siècle : premier essai

Jean Larocque – La plume et le pouvoir au XVIIe siècle : premier essai
Paris – P. Ollendorff – 1888 – PDF/OCR – 103 MB

Je me hâte de me défendre contre un vilain soupçon : celui de présenter au lecteur un livre de critique litte’raire. Je n’en ai jamais lu, et je serais désolé qu’on me suspectât d’en avoir écrit.
Des esprits très fins ont récemment employé leurs loisirs et beaucoup d’encre à examiner si Racine fut un romantique ou un classique : j’avoue que, quant à moi, je ne donnerais pas la fumée d’une cigarette pour le savoir.

Lire la suite

La clef de la langue et des sciences – Léger Noel

La clef de la langue et des sciences, ou, Nouvelle grammaire française encyclopédique et morale – Léger Noel
Paris – Dutertre – 1845 – PDF/OCR – 102 MB

Sans contredit, le genre des substantifs, dans la langue française, présente des difficultés immenses, surtout aux étrangers, qui n’ont pu, comme nous, se les rendre familiers par un long usage.
Quelques élèves russes, que j’avais en 1837, m’ayanl prié de leur donner des règles sur ce point, c’est pour eux que je commençai dès lors ce travail long et difficile, qui m’a coûté plus de temps et de peine, je puis le dire, qu’il ne m’en aurait fallu pour composer un poëme épique. J’en retirerai peut-être moins de gloire ^ mais j’aurai du moins la satisfaction d’avoir accompli une chose utile, essentielle, qu’aucun grammairien n’avait encore osé aborder.

Lire la suite

Portraits littéraires – A. Granier de Cassagnac

Portraits littéraires – A. Granier de Cassagnac
Paris – V. Lecou – 1852 – PDF/OCR – 102 MB

M. de Chateaubriand est la plus belle et la plus lumineuse figure qui se dresse à l’entrée de notre littérature contemporaine; l’imagination se le représente à peu près comme le Moïse de Michel-Ange, ramenant les muscs françaises de la captivité de Rome et d’Athènes, leur écrivant les tables de la loi nouvelle, et les plaçant à l’entrée delà terre de promission, où lui-même ne doit pas parvenir.

Lire la suite

Manuel de rhétorique – Henri G. Moke

Manuel de rhétorique – Henri G. Moke
Bruxelles – Cercle central des amis des lettres et des sciences – 1850 – PDF – 101 MB

La rhétorique est l’art du discours.
Le discours eat l’exposition d’une pensée avec le développement nécessaire pour la faire saisir et adopter.
Pour atteindre ce but l’orateur c’est-à-dire l’autour du discours, doit savoir convaincre par l’évidence qu’il donne a ea pensée, toucher par l’émotion qu’inspirent les sentiments qu’il exprime, plaire par le charme de sa parole, par la fidélité de ses peintures, par la vivacité des traits brillants ou gracieux qu’il y répand.

Lire la suite

Pierre Waltz – Hésiode et son poème moral

Hésiode et son poème moral – Pierre Waltz
Bordeaux – Feret – 1906 – PDF/OCR – 102 MB

Dans toute la poésie grecque, il est aisé de constater une tendance moralisatrice commune aux genres les plus divers ; non seulement des auteurs très différents d’âge et de tempérament ont aimé à exprimer leurs convictions — et plus souvent celles de la société où ils vivaient — sur les devoirs de l’homme k l’égard des dieux, de ses semblables ou de lui-même ; mais les formules où ils ont condensé les principes de leur philosophie ne manquent jamais de se détacher avec netteté sur le fond d’un récit, d’une mélodie ou d’un dialogue. Dans la péroraison des discours homériques, comme conclusion à une méditation de Pindare, au milieu des chœurs d’Eschyle, des stichomythies de Sophocle ou des monodies d’Euripide, il arrive fréquemment qu’une phrase de sens général ressorte sur le contexte avec un relief qui frappe aussitôt le lecteur ^ Dans la comédie nouvelle, ces pensées se rencontraient en assez grand nombre pour que des pédagogues aient pu en composer des recueils ; les maximes étaient isolées des tirades dont on les avait extraites, classées d’ordinaire par ordre alphabétique, et apprises par cœur dans les écoles.

Lire la suite

La cité future. Essai d’une utopie scientifique – Ernest Tarbouriech

La cité future. Essai d’une utopie scientifique – Ernest Tarbouriech
Paris – P. V. Stock – 1902 – PDF.OCR – 102 MB

C est un lieu commun de montrer le socialisme sorti de l’Utopie et l’auteur du livre intitulé Dïe EniwicLfihmg des Soziahsmus von der Utopie zur Wissenschaft. Engels est après Marx, responsable du préjugé très répandu chez les socialistes auquel je me heurte. Ces deux grands penseurs, fondant, en opposition au socialisme utopique (de Saint-Simon, de Fourier et d’Owen, le socialisme scientifique lequel consiste dans un exposé critique de l’état économique actuel dans son développement historique etdes principes théoriques qui en résultent- ont, dit Anton Menger,
repoussé comme utopique tout exposé détaillé de l’organisalion sociale future et cette condamnation a été répétée après eux par tous les socialistes qui s’attribuent l’épithète de scientifiques. Quelle peut en être la raison ?

Lire la suite

Le voyage : depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours – Louis Vuitton

Le voyage : depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours – Louis Vuitton
Paris – E. Dentu – 1894 – PDF – 102 MB

Les Spécialistes sont toujours extrêmeriient intéressants quand ils parlent — d’abondance — de leur spécialité. Ceci a été vrai, et le restera, de tout temps.
Mais c’est surtout en une époque de fermentation tumultueusement encyclopédique comme la nôtre, où, tout le monde faisant de la polygraphie à tort et à travers, ^’ l’écriture  » perd fatalement en profondeur ce qu’elle gagne en surface^ qu’on doit se féliciter de tomber, une fois par hasard, sur un monsieur sachant à fond ce qu’il dit et connaissant par personnelle expérience le fin du fin de son sujet. Si, par dessus le marché, ce  » professionnel  » se double d’un artiste et se triple d’un philosophe, semblablement aptes, après avoir mis les choses au point, à en fixer l’esthétique et à en dégager le sens historique et la morale sociale, l’œuvre (quelle que soit la question traitée) prend ipso facto les proportions, le caractère et la physionomie d’une œuvre maîtresse.

Lire la suite

Paysages et silhouettes exotiques – Georges Roulleaux Dugage

Paysages et silhouettes exotiques : notes de voyage autour du monde – Georges Roulleaux Dugage
Paris : Plon-Nourrit – 1908 – PDF – 101 MB

PRÉFACE : C’est une joie savoureuse et rare qu’un voyage autour du monde à vingt-cinq ans. À cet âge, le corps est dispos, l’esprit alerte, les yeux avides, les sens impressionnables. L’être entier s’ouvre avec amour à la nouveauté toujours changeante des spectacles qu’il découvre en marchant, et vibre délicieusement au choc des sensations multiples et neuves qu’ils éveillent. Il faut voyager jeune pour communier pleinement avec la diversité des choses, entendre leur voix, réfléchir leurs couleurs et. leur beauté.

Lire la suite

Fragment d’histoire future – Gabriel de Tarde

Fragment d’histoire future – Gabriel de Tarde
A. Storck & Cie – 1904 – PDF/OCR – 102 MB

Fragment d’histoire future Gabriel Tarde transporte ses lecteurs dans un XXVe siècle où art et beauté priment sur toute autre préoccupation. Lorsqu’une grave crise climatique anéantit cette société tendant à la perfection, les rares survivants prenant modèle sur l’Arche de Noé réunissent tous les livres intacts, seul capital indispensable à une renaissance. Cette fiction écrite en 1874 remet en question les convictions les plus fortes de ce XIXe siècle, l’industrialisation et le progrès. Une étonnante fiction romanesque.

Lire la suite