Questions sur l’Encyclopédie (9 vol) – VOLTAIRE

 Questions sur l’Encyclopédie (9 vol) – VOLTAIRE
1770-1772 – PDF/OCR – 134 MB

Un abécédaire philosophique et militant. S’il ne fut qu’un rédacteur occasionnel d de l’Encyclopédie à ses débuts, Voltaire n’en suivit pas moins de près l’aventure éditoriale menée par Diderot, étant sensible aux persécutions qu’elle eut à subir. À l’époque, le philosophe de Ferney travailla à la rédaction d’un dictionnaire d’un nouveau genre, « philosophique portatif », paru pour la première fois en 1764, puis augmenté au fil des rééditions. « Condamné à Paris comme à Genève, le Portatif de 1764 n’était que la première étape de la longue maturation de quarante années de réflexions qui allaient aboutir aux neuf volumes des Questions sur l’Encyclopédie, publiés de 1770 à 1772. Les quatre cent vingt-trois articles de cette « encyclopédie » personnelle de Voltaire furent rédigés avec frénésie par un philosophe hanté par l’idée de sa disparition; il avait 76 ans quand parut le premier volume et devait disparaître en 1778. Cet abécédaire a parfois été considéré comme « le rassemblement d’un vieillard fatigué, peu exploité, jugé même inutile. C’est dommage. Car c’est négliger l’extraordinaire jeunesse du vieil homme, la vivacité d’un esprit remarquablement alerte, sans cesse attentif au monde et aux êtres, disposé à combattre jusqu’au bout, jamais désarmé, luttant seul, obstiné toujours à convaincre et à vaincre. Certains articles sont longs (…), d’autres plus rapides sont comme des brèves envoyées du monde de la philosophie, des clins d’oeil à la postérité. Voltaire s’amuse encore, malgré la lumière vacillante du crépuscule » (Jean Goulemot).

Lire la suite

Discours préliminaire de l’Encyclopédie – D’Alembert

Discours préliminaire de l’Encyclopédie – D’Alembert
Armand Colin – 1919 – PDF/OCR – 102 MB

Edition integrale du Discours préliminaire de l’Encyclopédie d’après l’édition de 1763, avec les avertissements de 1759 et 1763, la dédicace de 1751, des variantes, des notes, une analyse et une introduction par F. Picavet

Lire la suite

Henriette Dardenne – Lumières sur l’affaire Dreyfus


Lumières sur l’affaire Dreyfus par Henriette Dardenne

Nouvelles éditions latines | 1964 | ASIN: B00443C2MI | 424 pages | PDF | 110 MB

Les passions qu’a soulevées en son temps l’Affaire Dreyfus semblent maintenant apaisées. Il est donc possible de publier des documents précieux pour l’histoire, sans être soupçonné d’arrière-pensées partisanes.
Parmi ces documents, ceux qu’apporte ici Henriette Cavaignac-Dardenne sont particulièrement intéressants. Elle les tient de son père Godefroy Cavaignac, qui fut ministre de la Guerre à l’époque et demeure, à ce titre, L’un des témoins les mieux renseignés. Elle les tient également de deux autres témoinsi tout aussi sérieux : le commandant Cuignet et le greffier en chef à la Cour de Cassation Louis Ménard, dont elle a noté les renseignements à mesure qu’ils les lui donnaient.
Outre le présent ouvrage, Mme. Dardenne a composé une histoire complète de l’Affaire Dreyfus qui tient en 9 volumes manuscrits. Ces 9 volumes sont déposés à la Bibliothèque Nationale (département des manuscrits) ; on y trouve l’ensemble des Archives de Godefroy Cavaignac relatives à l’Affaire Dreyfus, le texte partiel des « Souvenirs Inédits » de Louis Ménard et d’autres documents encore inédits.
Fille de Godefroy Cavaignac, belle-sœur du général Mangin, l’auteur du présent ouvrage est la veuve du colonel d’Infanterie coloniale Louis Dardenne, dont l’état des services était parmi les plus prestigieux de l’armée coloniale. Décorée de la croix de guerre 1914-1918 (2 citations, 1 blessure) au titre du Service de santé et à l’ordre du 9e Corps d’Armée, dans lesquels elle a servi en zone de combats, elle est chevalier de la Légion d’Honneur à titre militaire.
Son intention en publiant ce livre n’est pas de rallumer des polémiques maintenant sans objet, mais, tandis que l’âge lui en laisse encore le temps, de léguer aux historiens une documentation authentique.
C’est uniquement dans ce souci des droits de l’Histoire, en dehors de toute préoccupation confessionnelle, que nous avons nous-mêmes accepté de publier le présent ouvrage.

Lire la suite